Les actualités

10 systèmes de chauffage

Les systèmes de chauffage sont nombreux et dépendent de vos besoins : permanents ou ponctuels. Il existe deux principes pour se chauffer : le chauffage individuel ou le chauffage central.

Le chauffage constitue la principale dépense énergétique d'une habitation. Concernant l'appareil individuel ou la chaudière, de nombreuses possibilités s'offrent à vous avec notamment des chaudières de plus en plus performantes sur le plan économique et écologique. Le choix de l'énergie, gaz, électricité, fioul, bois, est aussi à prendre en compte pour limiter votre consommation.

Le chauffage individuel, une solution d'appoint ?

Le chauffage individuel repose sur des appareils indépendants qui peuvent chauffer différemment chaque pièce de la maison. Les radiateurs électriques, poêles à bûches, poêle à mazout, poêle à pétrole, etc. sont souvent utilisés en appoint ou dans des habitations bien isolées.

  • Les radiateurs électriques sont faciles à installer et les appareils de la dernière génération promettent un confort égal à celui du chauffage central.
  • Les panneaux rayonnants électriques émettent une chaleur harmonieuse.
  • Les radiateurs à inertie, à fluide ou à résistance restent chauds en permanence mais sont plus longs à monter en température.
  • Les poêles à bois offrent une vision des flammes très chaleureuse. Ils ont un bon rendement, surtout s'ils sont à double combustion mais il est nécessaire de les recharger régulièrement et la pose d'un conduit d'évacuation des fumées est indispensable.
  • Les poêles à fioul sont de moins en moins prisés car ils nécessitent l'installation d'une cuve à proximité.
  • Les poêles à pétrole ont une autonomie d'environ 12 heures mais ils ont tendance à dégager une odeur à l'allumage et quand on les éteint. Pour les alimenter, choisissez du pétrole désaromatisé.

Un maximum de confort avec le chauffage central

Un chauffage central se compose d'un générateur de chaleur (chaudière ou pompe à chaleur), raccordé par des tuyaux à des émetteurs comme les radiateurs ou un plancher chauffant, assurant un confort égal dans toutes les pièces de la maison. Voici ses caractéristiques :

  • Une pompe de circulation permet le transport de l'eau dans les tuyauteries d'une manière régulière et la chaudière peut fonctionner avec différentes énergies classiques ou renouvelables ou les deux à la fois.
  • Cette installation permet également d'alimenter l'habitation en eau chaude sanitaire, de façon instantanée ou via un ballon par accumulation.
  • L'investissement est certes un peu lourd à la base mais à long terme, le chauffage central offre un grand confort à condition d'être entretenu régulièrement par un professionnel.

La chaudière basse température pour économiser l'énergie

Alors que les chaudières classiques ont besoin de produire une température élevée pour chauffer l'eau (de 65 à 90 °C), les chaudières à basse température se contentent d'une eau chauffée à 50 °C, permettant de faire jusqu'à 20 % d'économies. Voici les caractéristiques des chaudières à basse température :

  • Bien qu'elles puissent être raccordées à n'importe quel type de radiateurs à eau chaude, elles sont encore plus performantes si elles sont reliées à des radiateurs à chaleur douce ou à un plancher chauffant hydraulique.
  • La chaudière basse température est plus chère à l'achat qu'une chaudière classique mais cet investissement est très vite rentabilisé par les économies d'énergie réalisées.

La chaudière à condensation, plus efficace avec le gaz naturel

Le principe de fonctionnement de la chaudière à condensation est de récupérer la vapeur d'eau contenue dans les gaz de combustion. Les fumées passent par un échangeur condenseur où circule l'eau de retour. Les calories sont transférées dans le circuit du chauffage central à travers un conduit spécifique.

  • Ce recyclage en continu permet d'économiser de 15 à 20 % par rapport à une chaudière classique.
  • Mais la chaudière à condensation est encore plus performante avec le gaz naturel car le fioul a une teneur en vapeur d'eau plus faible à la combustion.
  • Si vous désirez chauffer en plus votre eau sanitaire, préférez une chaudière à condensation à double service.
  • La chaudière à condensation peut fonctionner avec d'anciens radiateurs en fonte mais le meilleur rendement est réalisé avec des radiateurs à chaleur douce ou des planchers chauffants hydrauliques, fonctionnant à basse température.

Les chaudières à bois ont le vent en poupe

Les chaudières à bois sont de plus en plus prisées car le bois est le combustible le moins cher du marché à l'heure actuelle. Il existe deux types d'appareils : ceux fonctionnant avec des bûches et ceux alimentés par des granulés ou des plaquettes.

  • Pour un chauffage central, l'inconvénient d'une chaudière alimentée par des bûches est le chargement manuel. Il faut également pouvoir stocker ces bûches. En outre, l'autonomie ne peut dépasser 10 heures avec les modèles de la dernière génération, dotés d'une entrée d'air secondaire.
  • Les chaudières à granulés ou à plaquettes sont entièrement automatisées grâce à une vis sans fin ou un système d'aspiration, qui amènent directement les granulés ou plaquettes dans l'appareil. Selon votre capacité de stockage, l'autonomie peut aller jusqu'à plusieurs mois.

Les chaudières mixtes, une solution d'avenir

Les chaudières mixtes associent deux combustibles :

  • fioul et électricité ;
  • fioul et bois ;
  • fioul et solaire ;
  • gaz et fioul ;
  • gaz et électricité ;
  • ou encore électricité et solaire.

Idéalement, il est conseillé d'utiliser un combustible à forte autonomie et une énergie renouvelable.

  • Ces chaudières mixtes comportent un double foyer ou deux générateurs jumelés qui fonctionnent chacun avec leur propre combustible. Le basculement de l'un à l'autre peut se faire automatiquement ou de façon manuelle. Il faut cependant prévoir de stocker les deux types de combustibles non loin de la chaudière.
  • Parmi les propositions, le système combiné avec le solaire fait de plus en plus d'adeptes, le soleil étant une source gratuite d'énergie. De l'eau, chauffée par des capteurs solaires thermiques, est stockée dans un ballon et peut servir à alimenter le réseau de chauffage ou l'eau chaude sanitaire. 60 % des besoins peuvent ainsi être couverts, selon les régions !

Pompes à chaleur, aérothermiques ou géothermiques ?

La pompe à chaleur, appelée aussi PAC, prélève les calories dans l'air, le sol ou l'eau souterraines pour les envoyer, grâce à un échangeur, sous forme de fluide caloporteur, dans des radiateurs ou un plancher chauffant.

  • La PAC aérothermique puise ses calories dans l'air extérieur qui contient toujours une quantité de chaleur, même en hiver. Selon les régions, il convient de les installer en relève de la chaudière car si les températures chutent trop, c'est la chaudière qui pourra prendre le relais.
  • La PAC géothermique tire ses calories dans la terre ou dans les eaux souterraines, par captage horizontal, via un réseau de tubes. Seul inconvénient, il faut disposer d'un peu de terrain car ce réseau doit couvrir une surface de 1,5 à 2 fois supérieure la surface à chauffer. Le captage vertical est moins envahissant mais il engage des travaux de forage.

Le plancher chauffant hydraulique, pour un confort absolu

Fonctionnant désormais à très basse température, limitée à 28 °C, le plancher chauffant hydraulique, c'est-à-dire à eau, offre un confort absolu. Son intérêt est de diffuser une chaleur douce, uniformément répartie dans toutes les pièces de la maison.

Le réseau de tubes en matériau synthétique ou en cuivre peut être alimenté par

    une chaudière ; une pompe à chaleur ; ou par des panneaux solaires thermiques. Ce réseau peut même véhiculer de l'eau fraîche en cas de forte chaleur : on parle alors de plancher réversible.

L'étude au cas par cas et la mise en œuvre doivent être effectuées dans les règles de l'art afin d'optimiser l'installation et sa performance. Il est conseillé d'installer une série de collecteurs et de vannes dans chaque pièce, qui vous permettront de gérer la température selon vos besoins.

Bon à savoir : en rénovation, attention à la réservation : sa hauteur varie de 8 à 14 cm selon l'épaisseur des dalles isolantes.

Gaz, fioul, électricité, bois... Le choix de l'énergie s'explique d'abord par une histoire d'économie et de praticité.

  • Le gaz de ville est facile à utiliser si vous disposez d'un réseau de conduites dans votre lieu d'habitation. Dans les communes à l'écart du réseau, il est toujours possible d'installer une citerne de gaz à l'extérieur de la propriété pour la relier à votre chauffage central. Le gaz offre une combustion relativement propre en CO2 mais son prix est très variable.
  • Le fioul est un peu en déclin, cependant il offre de 96 à 98 % de rendement pour les chaudières à condensation. Son avantage est de pouvoir être stocké dans des cuves n'occupant que peu de place et qui permettent une autonomie de plusieurs mois.
  • L'électricité a un coût relativement élevé mais n'engendre aucune pollution dans les habitations et ne nécessite aucun stockage. En plus des centrales nucléaires qui nous alimentent en électricité, apparaissent des champs d'éoliennes qui permettent une production assez performante.
  • Le bois bénéficie d'un prix attractif et peut faire l'objet d'un circuit court si l'on se fournit dans les forêts les plus proches. Il s'agit d'une énergie renouvelable mais qui exige un peu de place pour le stockage et qui engendre un problème de manutention.

Pour capter vos besoins, un audit énergétique s'impose

L'audit énergétique, réalisé par un professionnel, consiste à évaluer les caractéristiques thermiques de votre logement, notamment de l'isolation. En effet, dans les logements anciens, le chauffage reste le plus gros poste de dépenses.

  • L'étude cible les problèmes à traiter avant de choisir un quelconque moyen de chauffage sur les murs, le sol ou la toiture et peut préconiser des solutions.
  • Le professionnel engagé pourra même vous aiguiller vers le mode de chauffage le mieux adapté.
  • Il peut aussi vous indiquer les aides accordées au titre de l'amélioration de l'habitat : crédit d'impôts, aides de l'Anah ou des collectivités territoriales ou encore des fournisseurs d'énergie.

Vous avez désormais un large choix de chauffage en fonction de vos besoins mais il existe une multitude de moyens de se chauffer ! En voici quelque uns :

  • Faites des économies avec la chaudière à gaz pulsatoire ;
  • Produisez chauffage, eau chaude sanitaire et électricité avec une chaudière cogénération.

Actualités
Trouvez votre artisan constructeur
Carte
Suivez nous sur Facebook
Nos partenaires