Les actualités

Bois/granulés : quel combustible choisir pour mon poêle à bois ?

Bois ou granulés ? Telle est la question fatidique lorsque l'on envisage d'acheter un poêle pour se chauffer. Le mieux pour faire un choix que l'on ne regrettera pas est de tout comparer : l'approvisionnement, les conditions de stockage, le coût, le rendement... La rédaction de Maison à part s'est livrée à l'exercice. Découvrez tout ce qu'il est important de savoir sur chaque combustible...

Les poêles à bois ont le vent en poupe en France. Beaux, performants, économiques, pratiques... Les appareils cumulent les avantages ce qui suscite l'engouement des consommateurs. Seulement voilà, lorsque vient la question du choix du combustible, ils sont perdus : bois ou granulés, que choisir ? Un flou provoqué en grande partie par une méconnaissance des caractéristiques propres à chaque combustible. Où s'achètent l'un et l'autre ? Quel volume se faire livrer ? Comment faut-il les stocker ? Quelles sont leurs performances énergétiques respectives ? Autant de questions dont les réponses sont déterminantes afin de savoir quel combustible correspond le mieux à ses besoins et accessoirement aussi à son mode de vie. Lorsque l'on opte pour des bûches, il faut, par exemple, s'assurer que l'on pourra les stocker sous abri dans un endroit bien ventilé. Et dans le cas des granulés (ou pellets), il faudra prévoir de la place à l'intérieur de son logement pour entreposer les sacs de 15kg dans lesquels ils sont conditionnés. En général, ils sont livrés par palettes d'environ une tonne, ce qui représente un encombrement d'1m2 au sol

Comment s'assurer de la qualité de son combustible ?

Pour les bûches : Pour être sûr de la qualité de son bois, le mieux est d'opter pour du bois certifié. Certains produits bénéficient en effet d'un marquage spécifique "NF Bois de chauffage". Ce dernier est matérialisé par une étiquette apposée sur chaque lot et sur laquelle sont récapitulées toutes informations essentielles pour permettre aux consommateurs d'en estimer la qualité et, par conséquent, de s'assurer qu'elle correspond à celle attendue : respect du groupe d'essences, de la quantité livrée, du taux d'humidité...
Après, sachez qu'il existe aussi la marque "Bois de feu®". Créée par le réseau ONF Energie Bois, réseau national de bois de chauffage de l'Office National des Forêts, elle garantit un produit issu de forêts gérées durablement.
A noter : des chartes régionales ont également été mises en place mais elles doivent être considérées avec prudence dans la mesure où elles sont établies d'après des déclarations rédigées par les entreprises productrices elles-mêmes.

Pour les granulés de bois : Du côté des granulés, sachez qu'il existe trois certifications : la certification française "NF Granulés biocombustibles", la certification allemande "Din plus" reconnue en France et "ENplus".
Toutes trois vous garantissent que les granulés ont été fabriqués dans le respect de la norme européenne EN 14 961-2. Pour être certifiés, ces derniers doivent notamment répondre à certaines caractéristiques physiques (longueur : ≤ 3 cm) et chimiques (taux d'humidité : 4600 kWh/t).
D'autres labels, valables pour les deux combustibles, peuvent vous apporter plus de garanties : le label "Flamme verte" mis en place par l'ADEME et le Syndicat des Energies Renouvelables (Pour en savoir plus, consultez le www.flammeverte.org), qui certifie la bonne qualité du matériel. Et pour vous assurer que l'installation a été faite dans les règles de l'art, le plus prudent est de faire appel installateur certifié "RGE.

Quel rendement offre chaque combustible ?

Pour les bûches : D'un poêle à l'autre, les rendements des poêles fonctionnant avec du bois bûche sont très variables, de 65 à 85%. Cependant sachez que pour être éligible au label Flamme Verte et au crédit d'impôt, les appareils doivent avoir un rendement minimal de 70%.
A noter : opter pour un bois dont le taux d'humidité ne dépasse pas 20 %, autrement dit pour un bois bien sec, permet d'améliorer le rendement de son appareil. Il est également important de faire attention à l'essence choisie : les feuillus dits "bois durs" (chêne, charme, hêtre, érable...) permettront d'obtenir de meilleurs rendements que les feuillus dits "tendres" (aulne, peuplier, tilleul,...).
Pour les granulés de bois : La forte densité et le faible taux d'humidité des granulés leur permettent d'atteindre une bonne performance énergétique : entre 80 et 90% du granulé sert à la fabrication de chaleur réelle. "Le véritable point fort du granulé est d'être un combustible totalement optimisé. Sa combustion est quasi-complète et, en prime, la fumée qu'elle dégage est beaucoup plus propre qu'avec un appareil au bois traditionnel", insiste Propellet (Association nationale des professionnels du chauffage au granulé de bois).

Quelle autonomie espérer pour chaque combustible ?

Pour les bûches : L'autonomie des poêles fonctionnant avec des bûches est de seulement quelques heures, entre cinq et dix maximum. Cela veut dire que pour assurer un feu continu, il faut régulièrement recharger le poêle.
Pour les granulés de bois : Le mode automatique, et la réserve offrant une capacité de stockage de 20 et 40 kg selon les modèles d'autre part, garantissent aux poêles à granulés une autonomie allant de 12 et 72 heures. Sans aucune intervention manuelle, le poêle peut donc fonctionner de manière continue plusieurs jours.

Le conditionnement : comment sont vendues et conditionnés les combustibles ?

Pour les bûches : Les bûches sont proposées dans différentes longueurs : 25 cm, 33 cm, 50 cm et sous deux formes : en quartiers ou en rondins. La dimension est à choisir en fonction de la taille du foyer.
A noter : si l'on opte pour des bûches en rondins, sachez qu'il est tout à fait possible de les redimensionner soi-même en quartiers.
Pour les granulés de bois : Les granulés sont généralement conditionnés dans des sacs de 15 kg à aller chercher directement auprès d'un distributeur local, livrables par palette. Il existe également des big-bag (sac d'une tonne qui représente un encombrement d'1m2 au sol) ainsi que des containers consignés : “pellet box”.
A noter : les granulés sont également disponibles en vrac, un conditionnement plus adapté à l'approvisionnement des chaudières.

Le stockage : où doivent-être stockés les combustibles et dans quelles conditions ?

Pour les bûches : Afin de permettre au bois de sécher dans de bonnes conditions, le bois bûche doit être coupé, fendu et conservé sous abri dans un endroit bien ventilé. L'on peut par ailleurs protéger son bois de la pluie avec une bâche ou une petite toiture en tôle.
Pour les granulés de bois : Pour un stockage optimal des granulés, il est important de prévoir un espace adapté (sec, à l'abri de l'humidité et de la chaleur) et facilement accessible de manière à éviter d'avoir à déplacer les sacs inutilement. En réduisant les manipulations, vous éviterez également de générer de la poussière.

L'approvisionnement : Quel volume se faire livrer ?

Pour les bûches : Si votre capacité de stockage est limitée, mieux vaut vous faire livrer les bûches en deux fois : effectuez une première commande à la sortie de l'hiver et une autre juste avant la période estivale. A titre indicatif, pour un pavillon d'une surface standard, les professionnels préconisent de se faire livrer entre 8 et 12 m3 apparents de bois.
A noter : officiellement, on ne parle plus de "stère" mais de "m3 apparent" de bois. 1 m3 apparent de bûches de 1 mètre de longueur, recoupé en 50 cm, équivaut à un volume d'encombrement apparent de 0,8 m3.
Pour les granulés : Le plus pratique est de prévoir une autonomie d'un an ce qui représente une à deux tonnes de granulés par an. Vous n'aurez ainsi qu'une seule commande à effectuer. Par ailleurs, vous faire livrer un gros volume d'un seul coup, vous permettra de bénéficier d'un meilleur prix.
Dans les deux cas, pour ne pas payer trop cher, il convient d'anticiper au maximum l'approvisionnement, autrement dit de ne pas attendre l'hiver pour passer commande. En saison de chauffe, les prix ont en effet tendance à flamber compte tenu des fortes demandes. En moyenne, il faut compter environ 15 jours de délai de livraison.

Le coût : Quel budget prévoir ?

Pour les bûches : Pour des bûches de 33 cm, le prix moyen est de 82 €/stère et de 75€/stère pour des bûches de 50 cm*. A noter que ces prix fluctuent selon les régions (ces données sont des moyennes nationales). Pour faire baisser le coût de votre approvisionnement, sachez que vous pouvez opter pour du bois vert fraîchement coupé que vous ferrez séchez vous-même. Au bout de deux ans seulement, il aura suffisamment séché pour être utilisé.
*Source : Prix des combustibles, selon étude CODA Stratégies de 2014
Pour les granulés de bois : Les granulés en vrac sont vendus entre 240 et 260 € la tonne et il faut compter 5€ pour un sac de 15 kg livré par palette d'une tonne.

Auprès de qui s'approvisionner ?

Pour les bûches : Le plus simple pour être sûr de trouver un revendeur qui commercialise du bois de chauffage certifié NF est de se connecter sur le site : www.nfboisdechauffage.org Vous y trouverez une carte sur laquelle il vous suffit de cliquer pour connaître la liste des professionnels installés dans votre département. Pour limiter l'impact du transport du bois sur l'environnement, il ne va pas sans dire qu'il est vivement recommandé d'opter pour le plus près de chez soi.
Pour les granulés de bois : Pour avoir les coordonnées des producteurs et distributeurs proche de votre domicile, vous pouvez vous adresser à votre Espace- Info-Energie (www.infoenergie.org). Vous avez également la possibilité de contacter directement l'un des membres du réseau Propellet.

Actualités
Trouvez votre artisan constructeur
Carte
Suivez nous sur Facebook
Nos partenaires