Les actualités

Des panneaux solaires blancs pour une meilleur intégration dans l'architecture.

Une petite "révolution" vient d'être présenté par le Centre suisse d’électronique et de microtechnique (CSEM) dans le domaine des panneaux solaires. L’objet de cette révolution ? Des panneaux solaires… blancs, spécialement conçus pour être intégrés avec harmonie aux bâtiments et aux maisons.

En effet, les panneaux solaires ont le plus souvent une teinte noire ou bleutée. La raison en est simple, les surfaces sombres absorbent bien plus de lumière que les surfaces claires. Dans leur quête des panneaux solaires au rendement le plus élevé possible, les ingénieurs ont donc logiquement délaissé le blanc. Mais il faut l’avouer, le critère esthétique des panneaux solaires noirs laisse parfois à désirer. Ce peut-être un véritable frein à leur acceptation par le public car bon nombre de propriétaires ne veulent pas défigurer leur maison. D’un côté, des ingénieurs qui ne jurent que par le noir. De l’autre, des architectes qui veulent du blanc. Comment satisfaire les goûts et les couleurs de tout le monde? Le CSEM apporte une réponse.

Le panneau solaire développé dans ses laboratoires est parfaitement blanc, uniforme, sans aucune cellule ni connecteur apparent. On imagine parfaitement de tels panneaux se fondre dans le paysage urbain. Pourtant, la cellule solaire utilisée est tout ce qu’il y a de plus classique. Ce revêtement blanc peut être utilisé de deux manières, soit en l’appliquant sur un panneau déjà existant, soit en l’intégrant lors de sa construction. Mais qu’en est-il des performances ? Bien entendu, un tel type de film diminue la quantité de lumière captée. En appliquant le revêtement sur un panneau photovoltaïque classique noir avec un rendement de 18%, on tombe à environ 10%.

Un rendement presque réduit de moitié, un surcoût non négligeable… Le panneau blanc a-t-il de l’avenir ? Pour Jean-François Guillemoles, de l’Ecole nationale supérieure de chimie de Paris, «cela peut intéresser les architectes, surtout dans le contexte de l’évolution vers des bâtiments à énergie positive. Quant au prix, il est à comparer ici à celui des matériaux auxquels le panneau se substituerait, en incluant la pose.»

Les premiers modèles blancs devraient arriver sur le marché d’ici à 2015, avec d’autres coloris. D’ici là, le CSEM espère nouer des partenariats avec un maximum d’acteurs de la filière solaire

En savoir plus...

Centre suisse d’électronique et de microtechnique (CSEM)

Actualités
Trouvez votre artisan constructeur
Carte
Suivez nous sur Facebook
Nos partenaires