Les actualités

Comment installer les bouches d’extraction et entretenir sa VMC

Les bouches d’extraction d’une VMC doivent être installées dans les pièces humides telles que la cuisine, la salle d’eau, les toilettes… Elles doivent être placées en hauteur, là où se trouve l’air chaud et humide. L’idéal est de les monter au-dessus d’une source de vapeur telle qu’une cuisinière ou encore une baignoire.

Avant de mettre en place des bouches d’extraction, utilisez un détecteur de métaux pour repérer les fourrures métalliques ou les suspentes métalliques positionnées dans le faux plafond. Les bouches d’extraction déterminent le débit d’air extrait. Elles sont ainsi généralement reliées à une gaine de 80 mm lorsqu’elles se trouvent dans une salle d’eau ou dans les toilettes et 125 mm dans une cuisine.

Pour cause de nuisance sonore, les bouches d’extraction ne doivent pas être installées dans les chambres.
Les étapes de la pose :
Commencez par réaliser des trous d’aération au plafond.
Acheminez les gaines jusqu’aux trous d’extraction.
Placez les bouches d’extraction dans les trous et raccordez les conduits.
Placez le chapeau de toiture et raccordez-le au caisson.
Effectuez la liaison électrique.

Emplacement du caisson de la VMC

Une VMC se compose d’un moteur doté d’un ventilateur, d’un réseau de gaines, de bouches d’extraction et des entrées d’air.
Le caisson de la VMC est généralement placé dans les combles. Évitez de le laisser sur le sol, car cela augmente les nuisances sonores. Le mieux est de le suspendre à une charpente grâce à des pitons.
Vital et règlementaire, le système de ventilation est obligatoire pour tous les bâtiments construits après 1982. Si votre maison comporte une VMC, les entrées d’air et le circuit de ventilation s’encrassent au fil des utilisations. Les points importants de son entretien sont dans ce dossier.

Les risques d’une VMC non entretenue

Les risques d’incendie
La poussière se dépose sur la grille d’aspiration de votre appareil et forme un tas qui risque de s’enflammer à tout moment.
Les bouches d’entrée d’air sont obstruées intentionnellement pour se prémunir du froid, pourtant cela empêche l’air de circuler correctement et crée des problèmes de surchauffe du système.
Lorsque la saleté s’accumule dans le système, le moteur augmente sa puissance pour aspirer plus que la normale. Une fois la surchauffe à un point critique, le système d’isolation commence à s’enflammer.

Les risques sanitaires
Dans un circuit mal entretenu, le taux d’humidité avoisine les 70% ce qui engendre la prolifération de polluants et allergènes (moisissures, acariens…).
L’humidité constante dégrade les éléments du circuit de ventilation.

Entretenez vous-même votre VMC

Bouches d’extraction des pièces de service. Il convient de laver ces sorties d’air une fois tous les 3 mois avec de l’eau chaude et du liquide vaisselle.
Entrées d’air. Dépoussiérez et lavez-les régulièrement en évitant de mouiller les parties fixes des entrées d’air hygroréglables.
Filtres. Pour une VMC à double flux, nettoyez les filtres une fois par an et remplacez-les si nécessaire.
Piles. Certains modèles de bouches d’évacuation sont alimentés par des piles à changer tous les 2 ans.

Entretien de votre VMC par un chauffagiste

Il est indispensable que votre VMC profite d’un entretien complet par un professionnel au moins tous les 3 ans. Il procèdera au nettoyage, au maintien des gaines et du caisson bloc moteur et à la vérification des entrées d’air.

Source : Maison et Travaux

Actualités
Trouvez votre artisan constructeur
Suivez nous sur Facebook
Nos partenaires