Les actualités

Rénover sa façade : quelles solutions ?

Du simple nettoyage à l'isolation thermique par l'extérieur, rénover sa façade implique de prendre en considération de nombreux points, esthétiques bien sûr, mais surtout techniques. De la réflexion autour du projet à sa mise en œuvre, suivez notre guide pratique.

Votre façade a vieilli, et vous le sentez, l'heure du ravalement est venue. D'autant que, le maire de votre commune vous met peut-être la pression. Car oui, un élu peut exiger de vous que vous remettiez votre façade en état.
En vertu de l'article L132-1 du Code de la construction et de l'habitation, toute façade doit faire l'objet d'un entretien afin de préserver propreté et sécurité. Si les travaux n'ont pas été engagés, la mairie peut même déclencher une procédure d'injonction.

Ravalement de façade : les démarches préalables
Donc si votre façade se dégrade, ne tardez pas trop. Mais avant tout, en tant que propriétaire, il faut "identifier ses besoins : s'agit-il d'une démarche de rafraîchissement, ou d'économie d'énergie en isolant sa façade ?" interroge Sabine Strohmann chef produit finition chez le fabricant d'enduits et de peintures Sto.
Ensuite quelques démarches administratives sont à prévoir. Un propriétaire doit en effet transmettre une déclaration préalable de travaux au service d'urbanisme de la mairie de sa commune. Les règles applicables sont généralement celles du Plan Local d'Urbanisme (PLU) ou du POS (Plan d'occupation des sols), qui impliquent de respecter certaines exigences relatives aux matériaux et aux couleurs notamment.
Enfin, avant tout travaux, il est vivement conseillé de souscrire à un contrat d'assurance dommages. Celui-ci a vocation à protéger un propriétaire ou une copropriété en cas de malfaçon constatée.

Première étape : nettoyer sa façade

Vous êtes en règle, c'est parti ! Avant d'entrer dans le vif du sujet, il est indispensable de nettoyer le support. En fonction de l'état de votre façade et du diagnostic, plusieurs traitements pourront être à envisager. "L'identification de la pathologie de la façade est primordiale. S'il y a des microfissures, si la surface est délavée, si elle est sujette à des décollements, le remède à appliquer sera différent" explique Sabine Strohmann. Pour un simple rafraîchissement, il faudra donc d'abord nettoyer la façade, la décaper si besoin afin d'éliminer les anciennes traces d'enduits ou de peinture par exemple.
Les méthodes de nettoyage sont nombreuses et il convient de demander l'avis de professionnels pour aller dans la bonne direction. Si le nettoyage à haute pression est redoutable contre les salissures incrustées, il est aussi très agressif et peut être contrindiqué sur certaines façades. Un gommage à sec, lui, servira à éliminer les traces de pollution ou des graffitis, et conviendra aux parois poreuses comme le béton, le bois, la brique, ou la pierre...
L'hydrogommage est quant à lui "mieux adapté aux matériaux fragiles, tout en offrant l'avantage de retenir les poussières" peut-on lire Leroymerlin.fr. Le sablage à sec se destine plutôt aux matériaux durs, et l'hydrosablage servira plutôt à décaper les façades fragiles et les boiseries extérieures.

Protéger sa façade

Vous l'aurez compris : en matière de traitement à appliquer, nous ne sommes pas tous égaux. "Il faut nettoyer et traiter la façade selon le contexte et l'environnement. Si la bâtisse est dans une zone humide avec beaucoup de végétation, il est préférable de nettoyer, de protéger et décontaminer la façade contre les moisissures, les algues, les champignons (de façon curative et préventive, ndlr). Selon l'état du support, il peut être nécessaire d'appliquer un primaire".
Sur une façade "farinante", par exemple, ce primaire est indispensable pour que la peinture ou l'enduit de finition adhère bien au support. Pour ces traitements préalables, les fabricants proposent de vastes gammes censées répondre à tous les cas de figures : du simple nettoyant, en passant par le décontaminant ou le décapant.
Ce dernier n'est pas à négliger pour les façades les plus abîmées et/ou sujettes à l'humidité. Il va venir boucher les microfissures et les porosités en formant une barrière étanche aux eaux de pluie, tout en laissant les murs respirer. Il préviendra ainsi l'apparition de moisissures, de lichens, les salissures, l'érosion, évitera le décollement lié au gel, etc...

Reboucher les fissures de sa façade

Dans le cas de figure où le nettoyage dévoilerait des fissures, là encore, la prudence est de mise. Il convient déjà de s'assurer qu'il ne s'agit pas de fissure "vivante", en disposant des jalons. Après vérification, si la fissure est stable, il suffira de la colmater avec un enduit, un mortier ou un hydrofuge par exemple.
La tâche est plus ardue concernant les fissures vivantes. "Elles peuvent conduire à une fragilisation de la structure. Vous pouvez la reboucher à l'aide d'un enduit ou d'un mastic souple spécial extérieur qui va suivre les mouvements du support. Mais si la fissure s'aggrave, il est préférable de demander conseil à un professionnel" indique-t-on chez Leroy Merlin. A noter que, plus la fissure est large, plus les traitements à appliquer seront lourds.

Enduit, peinture, bardage... : quelle finition pour ma façade ?

Après préparation du support, place aux finitions ! Là encore, les solutions sont nombreuses et les gammes de prix varient fortement, allant de 16 € du m2 pour les peintures, jusqu'à 200 € du m2 pour un système d'isolation thermique par l'extérieur (ITE) haut-de-gamme.
Pour les peintures, 4 types de formulations existent : acrylique, pliolite, hydro ou siloxane. "Au dela de la composition, on choisira une peinture en fonction du support et des caractéristiques recherchées : aspect (mat à brillant), gamme et intensité des couleurs" précise Sabine Strohmann. A noter qu'il faudra appliquer des formules différentes pour les éléments en bois ou en métal, type menuiserie par exemple. Pour un rendu plus structuré, le particulier jettera plutôt son dévolu sur les crépis, des enduits monocouches à base minérale ou un enduit traditionnel.
Pour les afficionados du rustique, place au bardage en bois massif, reconstitué ou composite. Relativement simple à poser, il confèrera charme et chaleur à votre façade. Viennent aussi les plaquettes de parement (avec ou sans joints) en pierre naturelle, pierre reconstituée ou béton moulé, briquette... Idéal pour donner un charme traditionnel à sa maison.
Pour aller plus loin, quelques enduits embarquent même des caractéristiques techniques : Quand certains vont réfléchir plus de rayons solaires afin de limiter les phénomènes de surchauffe, d'autres vont lutter contre l'encrassement grâce à un effet perlant.

Isolation par l'extérieur : un manteau thermique pour la maison

Un ravalement de façade, c'est aussi l'occasion de se lancer dans des travaux de rénovation énergétique. De plus en plus plébiscité en cette période de transition énergétique, l'isolation thermique par l'extérieur (ITE) consiste à appliquer un système complet sur une façade afin de renforcer les performances thermiques du logement, en hiver comme en été. Ce système englobe généralement un collage pour le support, un isolant, des fixations, un sous-enduit de marouflage, un treillis d'armature, et un enduit de finition.
L'isolant est généralement une laine de roche ou un panneau de polystyrène de 15 à 20 cm d'épaisseur. Les enduits de finitions ne sont pas les mêmes que ceux utilisés pour un simple ravalement. "Le polystyrène et la laine de roche vivent et le métal aussi. Il peut se dilater quand il fait chaud et se contracter lorsqu'il fait froid. Il faut donc appliquer des enduits souples, et résistants aux chocs. Pour se faire, le sous-enduit s'accompagne généralement d'une armature. L'idée c'est que tous les éléments soient capables de suivre le mouvement" détaille Sabine Strohmann. Côté entretien, "une façade ITE peut être lavée au karcher très basse pression" ajoute la spécialiste.
Il est évident qu'au vu de la complexité du procédé (installation du système, gestions des ponts thermiques, des points singuliers etc.), il est préférable de laisser ses outils au garage et de faire confiance à un professionnel.
A noter également que la constitution de ce manteau pour le logement coûte cher. Mais dans un contexte de lutte contre le réchauffement climatique et d'augmentation de la facture énergétique, il est un investissement dans le temps, pour le portefeuille, et la planète. D'autant que, si installé par un professionnels RGE (Reconnu garant de l'environnement), le propriétaire peut être éligible à des aides comme le dispositif MaPrimeRénov'.

Source : Maison et Travaux

Actualités
Trouvez votre artisan constructeur
Suivez nous sur Facebook
Nos partenaires