Les actualités

UNE VERANDA

Une véranda, pour quoi faire ?

● Pour gagner des mètres carrés
Comme une extension, la véranda peut abriter un salon, une cuisine…, sans être pour autant une simple pièce rapportée. Elle s’intègre à l’existant en respectant l’identité architecturale du bâtiment et se construit dans son prolongement naturel.
Selon sa taille, sa forme et son volume, elle peut ainsi être cloisonnée ou totalement ouverte, comporter un étage, voire une partie enterrée.
En fonction de la surface de la véranda et de celle de la maison ainsi agrandit, l’intervention d’un architecte peut être obligatoire. Il convient de bien se renseigner en amont de tout démarrage de travaux.
● Pour faire entrer la lumière
Par ses grandes surfaces vitrées, la véranda tourne la maison vers l’extérieur. Elle la fait bénéficier d’une vue panoramique et apporte un flot de lumière naturelle, bénéfique au confort de vie.
Toutes les pièces de la maison profitent de cet apport de lumière pour peu que les accès à la véranda soient larges ou nombreux, et que des seconds jours soient ménagés d’une pièce à l’autre. Les éclairages électriques sont alors moins sollicités.
● Pour améliorer le confort thermique
Grâce à l’ensoleillement dans la véranda, toute une maison profite, en hiver, d’apports de chaleur gratuits. Et la véranda joue le rôle d’une véritable pièce à vivre grâce à des performances thermiques accrues.
Ces progrès sont dus à une meilleure qualité de profilés et de joints, mais aussi et surtout à des doubles vitrages hyper-isolants.

Où installer sa véranda ?

Une exposition au sud ou au sud-est est tout indiquée. Mais l’emplacement de la véranda se détermine avant tout à partir du plan de la maison, et aussi du plan local d’urbanisme (PLU), consultable en mairie, qui indique s’il est possible, et dans quelles limites, de créer une extension sur son terrain.
● Côté jardin
La véranda qui ajoute quelques mètres carrés à la principale pièce de vie (salon, salle à manger, voire cuisine…), ou bien qui l’accueille dans son intégralité, joue la transition agréable et pratique avec les espaces extérieurs ( terrasse , barbecue…).
Agrandis, les volumes libérés dans la maison d’origine peuvent ainsi être mieux utilisés par les chambres et salles de bains.
● Côté entrée La création d’un sas, ou vestibule vitré, améliore le confort d’accueil dans une maison sombre ou mal orientée, en faisant entrer généreusement la lumière. Elle fait aussi gagner des mètres carrés utiles à l’installation de rangements pour les vêtements et objets encombrants.
● Entre deux bâtiments
Installée entre la maison et un bâtiment annexe, la véranda assure une liaison confortable tout en ajoutant une pièce de plus, particulièrement lumineuse

Quelle forme choisir ?

● Rectangulaire
Adossée à l’une des façades de la maison, la véranda apparaît plus élégante quand elle comporte une toiture à deux pentes, au faîtage perpendiculaire au mur d’appui.
Également esthétique, la toiture plate permet l’installation d’une véranda en dépit de fenêtres d’étage gênantes. Elle crée un puits de lumière quand elle est équipée d’une verrière zénithale, à deux ou quatre pentes, appuyée sur un terrasson périphérique.
● À facettes
La forme à facettes, avec toiture rayonnante en éventail, convient à une véranda obligée de s’étirer perpendiculairement à la façade de la maison et de s’étendre plus loin dans le jardin. Elle est héritée des victoriennes de la Belle Époque.
● Dans un angle
La véranda s’appuie sur deux façades contiguës pour épouser un contour de la maison et bénéficier de plusieurs accès la reliant à l’existant. Contre un angle sortant, elle se partage naturellement en deux zones, ce qui favorise l’aménagement d’une double pièce de vie (cuisine ouverte sur salle à manger, par exemple).
Dans un angle de mur entrant, le plus simple est de lui donner un plan carré ou rectangulaire

Quels vitrages choisir ?

● En toiture
Les doubles vitrages , dits « quatre saisons » sont recommandés sur les toitures toutes vitrées. Remplis de gaz argon et revêtus, sur une face intérieure, d’oxydes métalliques, ils limitent les déperditions de chaleur en hiver tout en barrant l’excès de soleil en été.
L’inconvénient de ces vitrages ultraperformants est leur coût élevé. Si l’on veut réduire le montant de la facture, mieux vaut limiter les surfaces vitrées en toiture que choisir un vitrage peu isolant.
Vérifiez aussi que le facteur de transmission lumineuse du vitrage choisi n’est pas trop bas (compris entre 0 et 1, il doit se rapprocher le plus possible de 1).
● En façade
Les parois verticales sont moins responsables de l’excès de chaleur en été. Elles doivent toutefois être performantes thermiquement pour économiser le chauffage en hiver.
On recommande donc des doubles vitrages à isolation thermique renforcée (ITR), revêtus d’oxydes métalliques peu émissifs et remplis de gaz argon dans un vide de 16 mm ménagé entre deux lames de verre de 4 mm (4/16/4)

Source : Maison et Travaux

Actualités
Trouvez votre artisan constructeur
Suivez nous sur Facebook
Nos partenaires