Les actualités

Toiture : comment bien réagir en cas de fuite

Météo, moisissure, usure, les toitures sont exposées à de nombreux risques. Des risques qui peuvent entraîner des fuites qui ne sont pas sans conséquences, mais qui ne sont pas non plus une fatalité. Maison à part revient sur les démarches à accomplir en cas de fuite et les bonnes pratiques pour les éviter.

Se prendre le ciel sur la tête n'est pas qu'une antique crainte. Les toitures sont en effet exposées à de nombreux dangers qui peuvent les endommager et entraîner d'important dégâts dans nos intérieurs. "Les causes pouvant entraîner des infiltrations d'eau sont nombreuses. Il peut s'agir de la chute des feuilles mortes à l'automne ou des mousses, des plantes grimpantes, de branches d'arbres, du gel etc. Ces éléments peuvent dégrader le revêtement, nuire à l'écoulement spontané de l'eau, et faire bouger les tuiles. En revanche, le risque tempête a lui été écarté car la réglementation sur la fixation des tuiles s'est renforcée" explique Emilie Benjamin-Casadei, Chef de Marché Couverture Tuiles et isolation chez Terreal.
En cas de fuite aggravée, la charge d'eau emmagasinée par le plâtre et stockée par l'isolant peut faire s'effondrer l'ensemble de la toiture. L'eau passant littéralement partout, elle peut aussi atteindre le système électrique. Mais pas seulement : "une infiltration peut faire pourrir le bois, fragiliser et faire tomber le plafond. Si de l'eau rentre dans l'isolant, cela va créer des ponts thermiques car on perd les caractéristiques d'isolation des produits isolants par l'air..." développe Olivier Lafore, Directeur Marketing Communication et SAV d'Edilians.

Surveiller les zones à risque

Pour éviter le pire, les experts invitent à anticiper. Le particulier doit dans un premier temps garder un œil alerte sur les zones à risque. "Quand vous avez une cheminée sur un toit, celle-ci est installée dans le sens de la pente, ce qui va créer une zone de stockage (de feuilles et d'aiguilles de pin par exemple, ndlr) dans sa partie haute. Le haut des fenêtres de toit est aussi une zone de rétention, ou l'eau ne s'évacue pas", explique Olivier Lafore. Dans le cas d'une toiture en L, le côté intérieur du L aura une noue généralement agrémentée d'un couloir en zinc qui peut parfois se boucher avec des feuilles.
En règle générale, les experts invitent à contrôler sa toiture, et plus particulièrement ces points singuliers, au moins une fois par an. Plus que de contrôler, le particulier peut aussi anticiper. Au moment de rénover sa toiture, il peut décider d'installer un écran de sous toiture, qui agit comme complément d'étanchéité. Il n'est pas obligatoire, bien qu'en France, 85% des maisons individuelles en sont équipées. Il laisse circuler la vapeur qui vient du dessous de la maison vers l'extérieur, tout en permettant de lutter contre les infiltrations.
Des traitements de démoussage peuvent aussi être appliqués. Concernant la durabilité des tuiles, ce n'est pas là un point de vigilance particulier. Les fabricants affichent généralement une durabilité qui approche les 100 ans, sous réserve d'un bon entretien bien sûr.
Idéalement, le contrôle et l'entretien s'effectue à la sortie de l'hiver afin de vérifier que les températures négatives, le gel et la neige n'ont pas causé trop de dégâts. Mais aussi à l'automne pour se débarrasser des végétaux qui, entre temps, ont eu tout le temps de s'épanouir et de s'accumuler.

Que faire en cas de fuite ?

Vous n'avez pas fait attention, et c'est la tuile ? Pas de panique. Rappelons d'abord une règle d'or sur laquelle les professionnels insistent : ne pas tenter le diable ! Traduction : n'agissez pas seul. "La plupart des assurances ont des numéros d'urgence qui accélère les temps de réaction. Entre temps, le particulier ne doit pas prendre le risque d'entamer lui-même les réparations". En jouant les apprentis couvreur, le particulier se met en danger et prend le risque d'aggraver l'état de sa toiture en marchant dessus.
Quant à savoir comment sécuriser la toiture en attendant les réparations, là encore, la prudence est de mise. "Il existe toujours la bonne vieille technique de la bassine, mais c'est très archaïque. Quant à installer une bâche sur le toit, une fois encore, c'est beaucoup trop risqué. Sécurité avant tout !" insiste Olivier Lafore.
D'autant que localiser une fuite n'est pas une mince affaire. L'eau peut s'infiltrer en un point, et ressortir plusieurs mètres plus loin. C'est donc à un couvreur expérimenté d'établir un diagnostic afin d'appliquer le bon remède.

Choisir le bon professionnel

Encore faut-il savoir choisir le professionnel. "Il s'agit d'un secteur majoritairement composé d'artisans et de toutes petites structures. Pour s'assurer du sérieux d'une entreprise, il est donc préférable de privilégier le bouche-à-oreille" suggère Olivier Lafore. Ou bien, si vos relations sont au beau fixe, de contacter votre assureur qui pourra éventuellement vous aiguiller vers des professionnels de confiance.
En tous les cas, il reste judicieux de faire établir plusieurs devis et de les comparer. Avant de signer, il est important de se renseigner sur les certifications, labels et garantis de l'artisan. "Vérifiez les chantiers qu'il a récemment livrés, et vérifiez la solidité financière de l'entreprise, sur internet ou auprès du tribunal du commerce" suggère le site Guide-toiture.com.
Concernant les délais d'intervention, "pour un simple constat, cela peut être assez rapide. Après, tout dépendra du niveau d'urgence de l'intervention, d'autant qu'il y a une pénurie de main d'œuvre dans le secteur, et ce depuis des années" met en garde Emilie Benjamin-Casadei. Logiquement, un artisan priorisera toujours les chantiers urgents.

Vérifier ses contrats d'assurance

Bien sûr, avant de vous lancer dans des travaux de toiture, il faut être assuré. Il existe deux façons de procéder : par l'assurance habitation personnelle, qui doit inclure la toiture et les travaux, et l'assurance garantie décennale toiture. Cette dernière consiste en "une assurance responsabilité civile professionnelle de l'artisan qui procédera à vos travaux", précise Guide-toiture.com.
L'artisan doit aussi être en mesure de fournir une attestation de garantie décennale toiture. Il doit s'engager sur le délai d'exécution des travaux et remettre une attestation d'étanchéité ou de conformité des travaux à la fin du chantier.

Source : Maison et Travaux

Actualités
Trouvez votre artisan constructeur
Suivez nous sur Facebook
Nos partenaires